Hideyoshi et la création du clan Toyotomi

Le 18 septembre 1598 s’éteignait Toyotomi Hideyoshi dans son château de Fushimi. Parti de rien il parvint à devenir le maître absolu du Japon et imposa la fin des guerres civiles. Une trajectoire individuelle sans pareille dans l’histoire du Japon où le clan primait sur tout.

TOC

Parti de rien pour devenir tout

La très grande majorité de l’histoire du Japon repose sur des dynasties. Sans parler de la famille impériale le pouvoir a toujours été une affaire de clan. Minamoto, Ashikaga, Tokugawa, tous venaient de familles anciennes qui disposaient d’une assise territoriale et de vassaux qui étaient à leur service depuis des générations. Le Japon contemporain n’y échappe pas si on voit l’importance de la famille Abe/Kishi. L’exemple contemporain le plus surprenant étant premier ministre Hosokawa Morihiro dans les années 1990. Il n’est autre que le descendant direct des daimyôs Hosokawa du XIVe siècle !

Ce n’était pas le cas pour Hideyoshi. Un récit nous le montre visitant le sanctuaire Hachimangu de Kamakura. Face à la statue du premier shogun Yoritomo il aurait comparé leurs parcours jusqu’au pouvoir suprême avant d’ajouter que lui, Hideyoshi, avait surpassé Yoritomo puisqu’il était parti de plus bas.

Hideyoshi semble avoir eu conscience de sa trajectoire et d’en avoir tiré à la fois orgueil et dépit. D’autres récits le présente organisant des scènes de théâtre représentant des scènes de la vie du peuple. Lors de ces simples divertissement il jouait un rôle dont il en avait l’expérience mais forçait de fiers seigneurs à jouer le porteur d’eau ou le cueilleur de melons.

Tôkichirô, fils de paysans

A sa naissance le futur Hideyoshi n’est même pas un samurai. Son père s’appelait Yaemon et n’avait pas de nom de famille, n’étant lui-même qu’un ashigaru, un paysan-fantassin du plus bas rang. Les légendes abondent sur son éventuel passage dans un temple comme novice et ses années de vagabondage mais il est à peu près certain que Tôkichirô, c’était son nom à l’époque, s’attribua lui-même son statut de samurai.

Hideyoshi en tant que général d’Oda Nobunaga avant son accession au pouvoir

Un guerrier ne se concevait alors que par rapport au clan. Le clan qu’il servait mais aussi sa propre famille. Un samurai qui se respectait pouvait tracer ses ancêtres et nommer la maison qu’il servait. Il devait aussi payer son propre équipement dont la magnificence reflétait son rang dans la vassalité. Les armes de Tôkichirô furent acquises par la ruse. Il était au service de Matsushita Yukitsuna lorsqu’il détourna une somme d’argent pour se payer ses armes. Tôkichirô fila se mettre au service d’un maître. En 1558 il devint un fantassin au service du clan Oda.

Kinoshita Tôkichirô, jeune fantassin prometteur

Plusieurs récits à l’authenticité douteuse représentent Tôkichirô se faisant remarquer par Oda Nobunaga pour son intelligence et ses talents. En vérité il n’était guère plus qu’un servant jusqu’à ce qu’il parvienne à faire un beau mariage. Il épousa la fille de Sugihara Sadatoshi, O-Nene. Le mariage représentait une véritable mésalliance pour Nene mais elle semble l’avoir souhaité. Les Sugihara étaient d’un rang moyen mais pouvaient se targuer d’ancêtres prestigieux liés aux Minamoto et aux Taira par les méandres de la généalogie. C’est sans doute à ce moment que Tokichirô se dota d’un nom de famille pour hausser son statut. Il devint Kinoshita Tôkichirô.

Portrait d’O-Nene en tant que Kôdai-in, nonne et veuve d’Hideyoshi.

La famille était tout et les Sugihara eurent sans doute à cœur de faire avancer la carrière de leur obscur beau-fils, qui était tout de même talentueux. Le génie de Tokichirô était l’organisation et l’audace de l’outsider et cela lui permit d’avancer rapidement dans la hiérarchie du clan Oda. Nobunaga était connu pour favoriser les hommes compétents en dépit de leurs origines sociales. Il créa plusieurs carrières d’hommes nouveaux qu’il imposa à l’élite de ses vassaux de vieilles familles.

Hashiba Hideyoshi, général du clan Oda

En 1568, par une série d’exploits et de victoires Tokichirô était devenu un des commandants militaires de confiance d’Oda Nobunaga. Il devint un des généraux qui formaient le premier cercle de la puissance militaire des Oda. Fils de paysans, il devait agir avec prudence et ne pas empiéter sur l’honneur de ses pairs. Ils venaient de familles de vassaux fidèles aux Oda depuis des générations et en avaient l’orgueil. La faveur du seigneur était en soin une arme à double tranchant pouvant provoquer des jalousies. C’est pour gagner leur faveur et se placer volontairement comme leur inférieur qu’il emprunta ainsi un idéogramme de chacun. Niwa Nagahide et Shibata Katsuie formèrent son nouveau nom : Hashiba. Akechi Mitsuhide et Mori Yoshinari formèrent son prénom : Hideyoshi.

Etendards de guerre utilisés par Hashiba Hideyoshi avec la callebasse dorée.

Il y avait une autre raison à ce changement de nom. Il fallait pour Hideyoshi enterrer définitivement son passé paysan alors qu’il entrait dans l’élite du clan Oda. Hideyoshi se créa aussi un Mon, un blason, sous la forme de la calebasse. Il lui fallait maintenant traduire cette élévation dans la réalité et fonder son propre clan. Les autres généraux des Oda disposaient de leurs propres vassaux, de cousins, de familles alliées par le mariage et l’amitié. Hideyoshi l’homme nouveau n’avait rien de tel.

Construire et faire prospérer le clan Hashiba

Hideyoshi s’était fait seul et pour tenir son rang il lui fallait désormais construire un clan à partir de rien. Il n’était pourtant pas seul, il y avait bien ses subordonnés qui devinrent automatiquement ses premiers vassaux. Hideyoshi avait aussi un peu de famille, notamment son demi-frère Koichirô qui l’accompagnait, il devint Hashiba Hidenaga, le prudent lieutenant et gardien de son frère. Il pouvait aussi compter sur la famille de sa femme qui elle disposait de cousins avides d’avancement comme Kinoshita Iesada qui récupéra plus tard l’ancien nom d’Hideyoshi.

Hidenaga, demi-frère d’Hideyoshi

Former des vassaux, fonder un domaine

Le nouveau seigneur entreprit aussi de réunir de jeunes samurais sans protecteurs pour les intégrer dans sa vassalité. Fukushima Masanori était un cousin lointain, Katô Kiyomasa le fils du forgeron du village d’origine d’Hideyoshi. Ils furent réunis et formés ensemble pour créer de toute pièce la camaraderie d’arme qui existait dans les autres clans. Ces jeunes samurais partis de rien deviendraient les piliers du clan Hashiba, redevables et fidèles à jamais pour la générosité de leur maître. Il est notable que ces jeunes firent toujours preuve d’une fidélité exceptionnelle envers Hideyoshi tant qu’il vécut.

Hideyoshi ne fit que renforcer sa position au sein du clan Oda et fit partie des quelques privilégiés à recevoir un château et le gouvernement d’une province au fur et à mesure que s’étendaient les possessions de Nobunaga. En 1573 il reçut des terres en Ômi et installa son propre château à Nagahama. Ce domaine fut ensuite échangé pour le territoire plus important du château d’Himeji qui avait une position stratégique vers les provinces de l’Ouest. Cette implantation territoriale se répercuta sur sa vassalité à qui il distribua des récompenses qui devaient refléter sa propre importance. Cette générosité devait aussi encourager la venue de nouveaux guerriers dont les compétences ne pouvaient que renforcer son efficacité aux yeux de Nobunaga.

Ce dernier honora encore Hideyoshi en lui faisant adopter l’un de ses fils sous le nom d’Hidekatsu. Il s’agissait d’honneur mais pas sans arrière-pensée. Nobunaga espérait sans doute une succession en faveur d’Hidekatsu. Hideyoshi n’avait toujours pas de fils, ce qui aurait permit de conserver les domaines des Hashiba dans le giron des Oda.

Les Hashiba à leur propre compte

あわせて読みたい
1582, que s’est-il passé à Honnô-ji? Le soir du 21 juin 1582 à Kyôto se déroula un des évènements les plus marquants de l'histoire du Japon : l’attaque surprise menée par le vassal Akechi Mitsuhide contre son seigneur Oda Nobunaga, un des unificateurs du Japon. Cet évènement a modifié l’histoire du Japon en profondeur mais n’a jamais été réellement expliqué, il continue à provoquer mille théories et spéculations.

Le 21 juin 1582, Oda Nobunaga fut attaqué par surprise et tué par son vassal Akechi Mitsuhide. Hideyoshi se trouvait en position d’intervenir rapidement face au rebelle et détruisit ses forces lors de la bataille de Yamazaki. Ayant vengé la mort de Nobunaga, Hideyoshi se retrouva au premier plan dans le nouvel ordre qui émergea. La réunion de Kiyosu le consacra comme gardien de Sambôshi, le petit-fils et héritier de Nobunaga. Il avait pour cela manœuvré pour écarter les fils survivants de Nobunaga. Il paraît évident alors aux yeux de tous qu’Hideyoshi était prêt à travailler pour son propre compte.

Scène de la bataille de Yamazaki

Hideyoshi n’avait pas une vassalité assez étendue pour vaincre ses adversaires, son assise territoriale était encore trop faible. Il débuta par fonder son propre château à Osaka en 1582 puis il travailla à corrompre activement les vassaux et alliés des Oda pour qu’ils transfèrent leur fidélité à Hideyoshi, au motif qu’il représentait la légitimité du clan en tant que gardien de l’héritier et vengeur de Nobunaga. On peut distinguer aussi dans la fracture qui se créa la différence entre la vieille garde des vassaux des Oda et le groupe assez vague des hommes nouveaux, des ralliés tardifs, sans oublier les ambitieux.

Vers l’hégémonie

L’entreprise se subversion de la vassalité des Oda ne passa pas inaperçue. Oda Nobutaka dénonça les ambitions d’Hideyoshi et rallia Shibata Katsuie, les deux furent vaincus à Shizugatake en 1583. Cette victoire laissa à Hideyoshi toute latitude pour manœuvrer sans se masquer. Le troisième fils de Nobunaga, Nobukatsu, finit aussi par s’opposer à Hideyoshi avec l’aide de Tokugawa Ieyasu. Le conflit déboucha en 1585 sur la bataille de Komaki et Nagakute où les Hashiba et les Tokugawa ne purent prendre l’avantage.

Hideyoshi sonnant la trompe de guerre lors de la bataille de Shizugatake

La confrontation s’acheva avec une paix signée assortie d’un mariage, Asahi no Kata, demi-sœur d’Hideyoshi épousa Ieyasu qui se reconnut comme vassal d’Hideyoshi. Pour renforcer cette alliance Ieyasu offrit un de ses fils à Hideyoshi qui l’adopta sous le nom d’Hideyasu, combinant les noms de ses deux pères. A partir de ce moment-là la famille Oda perdit toute influence. Leurs domaines et leurs alliés étaient passés au service des Hashiba, eux-mêmes devinrent des vassaux d’Hideyoshi.  

Devenir Toyotomi Hideyoshi

A ce moment Hideyoshi est le plus puissant seigneur de la guerre du Japon avait la plus vassalité, les plus vastes domaines. Il contrôle Kyôto et les plus riches provinces centrales du pays et n’a plus de rivaux capables de le menacer réellement. L’unification du Japon apparaît alors comme une conclusion logique qui ne saurait plus tarder. Il était temps de légitimer ce nouveau pouvoir. L’empereur Ôgimachi préféra coopter ce nouveau venu sans ancêtre et lui fit attribuer le titre de Kampaku, régent d’un empereur adulte. Il s’agissait du titre le plus élevé dans la hiérarchie impériale et il faisait d’Hideyoshi le gouvernant légal du Japon. Ce titre était cependant réservé aux familles descendantes du clan Fujiwara. Il fallut donc procéder à un arrangement où le noble Konoe Sakihisa adopta officiellement Hideyoshi et lui transmis son titre.

D’après nos sources Hideyoshi aurait d’abord souhaité se faire nommer aussi shogun mais le titre ne pouvait être attribué qu’à un descendant du clan Minamoto. Il demanda au dernier shogun en titre, Ashikaga Yoshiaki, de l’adopter pour obtenir le titre mais ce dernier refusa. Hideyoshi ne fut jamais shogun.

L’anoblissement

C’est à ce moment qu’Hashiba Hideyoshi prend le nom de Toyotomi. Il s’agit d’un cas quasiment unique d’anoblissement dans l’histoire japonaise. La cour impériale comptait 4 grandes familles nobles : Fujiwara, Tachibana, Minamoto et Taira qui s’étaient divisées avec le temps. La majorité des familles guerrières se reliaient à ces familles et prenaient alors le titre de courtoisie de « Ason ». Il fut décidé qu’Hideyoshi fonderait sa propre famille noble, la cinquième, sous le nom de Toyotomi qui était pris dans la haute antiquité japonaise. Le prince héritier Shôtoki Taishi au VIIe siècle portait parmi ses noms celui de Toyotomimi qui servit d’inspiration.

Le Kiri-mon devint le blason du clan Toyotomi et remplaça la calebasse.

Les signes de cette faveur impériale permirent de légitimer le fils de paysan qu’était Hideyoshi en effaçant son passé pour en faire un noble de cour. Il rendit la politesse en recevant fastueusement le nouvel empereur Go-Yôzei et prenant à son compte la réparation et l’entretien de l’ensemble de la cour impériale. Hideyoshi avait cependant aussi à cœur de s’identifier plus étroitement aux grandes familles de samurais et prit comme concubine O-Chacha, nièce d’Oda Nobunaga, l’assimilation des Oda était complète.

Pérenniser le clan, fonder le nouveau régime

Toyotomi Hideyoshi compléta en 1590 l’unification du Japon avec la prise du château d’Odawara puis projeta ses plans vers l’invasion de la Corée. Sur le plan interne le régime des Toyotomi reposait sur la légalité transmise par l’empereur. La vassalité des toyotomi reposait sur le cercle familial peu nombreux représenté par Hidenaga, sa mère et la famille d’O-Nene. A cela s’ajoutait le premier cercle des vassaux représenté par Katô Kiyomasa et Fukushima Masanori. La faiblesse relative de ce cercle familial et l’étendue nationale prise par les Toyotomi explique aussi qu’Hideyoshi dut s’appuyer sur des officiers de cour nommés par lui. Ces officiers, à commencer à Ishida Mitsunari, étaient fidèles mais mal accepté par la hiérarchie militaire du clan et les premiers vassaux. La haine entre Mitsunari et le groupe dominé par Kiyomasa et Masanori fut la principale rupture des dernières années d’Hideyoshi.

Toyotomi Hidetsugu

L’autre grande question pour Hideyoshi fut celle de sa succession. Le mariage avec O-Nene était resté infertile et les nombreuses concubines du Kampaku n’avaient pas eu plus de chance. La petite famille Toyotomi n’offrait pas beaucoup de candidats. Les fils adoptés issus de Nobunaga et Ieyasu étaient hors de question. Heureusement il existait un héritier. La demi-sœur d’Hideyoshi, O-Tama, avait été mariée à Miyoshi Yoshifusa et avait produit un fils. Ce fils, Hidetsugu, fut officiellement adopté par son oncle Hidenaga afin d’en faire un Toyotomi de nom. La naissance du fils d’Hideyoshi et d’O-Chacha, Tsurumatsu, mit cependant un frein aux projets de succession. Tsurumatsu ne vécut pourtant pas et décéda encore enfant.

Crise de succession

Hidenaga mourut peu après en 1591. Sa mort représenta un vide important dans la gestion du clan puisqu’il servait pratiquement de lieutenant de son frère. C’est à partir de ce moment que commencent à dater les premières extravagances tyranniques d’Hideyoshi qui n’était probablement plus conseillé comme auparavant. La mort d’Hidenaga le poussa à finalement nommer Hidetsugu comme son héritier. En 1592, il lui transmit le titre de régent et pris officiellement sa retraite. Il continua cependant à gouverner en tant que régent retiré, Taikô.

O-Chacha aussi connue sous le nom de Yodo-dono, mère de Toyotomi Hideyori

Le sort fit que dès l’année suivante naquit un deuxième fils, qui allait devenir Toyotomi Hideyori. Ce fils représentait tout ce qu’Hideyoshi souhaitait et il montra immédiatement son intention de l’avoir pour successeur. Hidenaga, devenu encombrant fut marginalisé puis finalement accusé de complot. Il fut finalement contraint au suicide au Mont Kôya en 1595.  

Les Toyotomi sans Hideyoshi

La santé d’Hideyoshi se détériora rapidement à partir de ce moment. Il fut frappé de sénilité alors qu’il ne devait pas avoir plus 60 ans. Comparé à d’autres grands seigneurs de son temps c’était un âge respectable mais beaucoup d’hommes de sa génération vécurent plus longtemps. On attribue ce déclin rapide aux jeunes années d’Hideyoshi. Né dans la pauvreté il n’eut jamais la carrure et la force de ses pairs guerriers. Des années de malnutrition contribuèrent sans doute à la détérioration de son état lorsqu’il avança en âge. Conscient de son déclin, il organisa sa succession. Craignant que Tokugawa Ieyasu n’éclipse les Toyotomi comme lui-même avait fait avec les Oda, il le coopta comme un des régents de son fils. Ce groupe des 5 Go-Tairô devait éventuellement permettre de noyer les prétentions d’Ieyasu à gouverner seul. Ce fut en pure perte.

Tombe d’Hideyoshi à Kyôto, un endroit rarement visité au Hôkoku-byô

Toyotomi Hideyoshi mourut le 18 septembre 1598 au château de Fushimi. Il fut par la suite divinisé sous le nom de Toyokuni Daimyôjin et était vénéré au temple Hôkokuji de Kyôto.

La deuxième génération

Son fils prit la tête officielle du clan Toyotomi qui était alors réduit à lui seul et quelques cousins lointains. Sa mère et ses proches représentaient le pouvoir au sein du clan. La majeure partie des vassaux du premier cercle d’Hideyoshi se divisèrent rapidement. Ils avaient été fidèle à une personne plus qu’à un clan qui n’était qu’une création récente. La plupart d’entre eux avaient aussi des reproches à faire aux offenses faites par Hideyoshi dans ses dernières années et la haine contre Ishida Mitsunari en poussa beaucoup dans les bras de Tokugawa Ieyasu.

Détail de la bataille de Sekigahara, 1600

En 1600 la bataille de Sekigahara marqua la défaite de Mistunari et le début du gouvernement sans contrôle de Tokugawa Ieyasu. Il est à noter que dans cette bataille l’évènement marquant fut le passage de Kobayakawa Hideaki du côté des forces Tokugawa. Hideaki n’était autre que le fils naturel de Kinoshita Iesada, il était donc le neveu d’Hideyoshi par O-Nene. Il avait été un des favoris de son oncle. En à peine deux ans le réseau des vassaux des Toyotomi s’était disloqué, sans épargner le cercle familial qui aurait dû être le plus proche.

あわせて読みたい
Les 5 plus importantes batailles du Japon ancien L’histoire du Japon est marquée par les guerres civiles, les batailles de samurais furent nombreuses et certaines ont laissé leur marque dans le mythe national japonais : Okehazama, Nagashino, Kawanakajima. Quelques batailles furent cependant des tournants fondamentaux qui modifièrent profondément l’histoire du Japon et sont considérées aujourd'hui comme des points de repères majeurs. Les quelques batailles présentées dans cet articles ont en commun leur impact durable sur le Japon dans son ensemble.

La fin des Toyotomi

Le clan Toyotomi représentait cependant toujours une puissance féodale menaçant le nouveau shogunat. Il fallut attendre la majorité d’Hideyori pour voir ses revendications grandir. L’affrontement était inévitable et se conclut par la prise du château d’Osaka en 1615. O-Chacha et son fils Hideyori se suicidèrent, le fils de ce dernier fut exécuté. Le clan Toyotomi cessa dès lors d’exister et le nom s’éteignit. De manière anecdotique le nom Kinoshita qu’avait adopté en premier Hideyoshi survécut. Le frère d’O-Nene, Iesada, avait récupéré le nom. Kinoshita Iesada, même après être devenu un vassal des Tokugawa, conserva le nom et le transmit. A travers deux branches dans les domaines d’Hiji et d’Ashimori le clan Kinoshita perdura et existe toujours aujourd’hui.

Toyotomi Hideyori

Mobilités sociales et dynamiques familiales

L’exemple d’Hideyoshi nous offre deux vues intéressantes. D’une part il y avait les mobilités sociales du Sengoku Jidai où un homme pouvait se hisser à la force du sabre jusqu’à une situation de pouvoir. Hideyoshi contribua paradoxalement à bloquer ces ascensions en faisant la chasse au sabre. Les « faux samurais » furent pourchassés et les armes en possessions des non samurais furent confisquées.

D’autre part l’échec final de la création d’un clan Toyotomi à partir de rien nous montre combien les dynamiques familiales étaient importantes dans la carrière des grands seigneurs de la guerre du Sengoku Jidai. On ne pouvait aller loin sans une famille étendue, des alliés et surtout des vassaux. Une vassalité n’était pas juste des liens d’hommes à hommes. Seule une relation bâtie sur plusieurs générations pouvait garantir la fidélité au clan et non à un seul homme. Les Toyotomi n’avait pas la stabilité de ces vieux vassaux et leur vassalité se délita rapidement immédiatement après la mort du fondateur du clan. Arrivé au sommet du pouvoir, Hideyoshi ne réussit pas à pérenniser sa dynastie car il lui manquait le recul et l’authenticité accordée par le temps.

Let's share this post!
TOC
閉じる